Peut-on réparer les dommage de l’excision ?

En général, dans sa signification, une excision est l’ablation d’une partie de tissu biologique. Le terme est le plus souvent utilisé pour désigner l’ablation des petites lèvres ou du clitoris. C’est l’une des formes d’amputation de l’appareil reproducteur.

Excision : comment réparer les dommages ?

Lors d’une excision, la partie externe du clitoris est retirée, mais pas l’ensemble du vagin. En libérant les ligaments qui le maintiennent, l’opération consiste à retirer la cicatrice (parfois sur la partie douloureuse), à le repositionner à un endroit anatomiquement correct et à récupérer sa partie interne. Toutes les formes d’excision peuvent être opérées et chaque intervention dure environ une heure. Elles apportent également des bénéfices sensoriels et esthétiques. En toute circonstance, la chirurgie reconstructrice donne la possibilité de réparer les lésions associées après l’excision. Cela va de l’excision ( la résection du clitoris) à l’infibulation ( la suture des grandes lèvres, l’ablation des petites lèvres et de la tige clitoridienne).

Les risques liés aux mutilations génitales féminines

La vérité est que les mutilations génitales féminines ne présentent aucun avantage pour la santé. Au contraire, tout au long de la vie de la femme, elles ont de graves conséquences psychologiques et physiques. Les femmes ou les jeunes filles peuvent ressentir des douleurs intenses et des saignements (voire des hémorragies) qui peuvent entraîner la mort, car le clitoris, les petites lèvres et la vulve sont des parties du corps très innervées. En outre, les excisions peuvent conduire à la stérilité, car elles peuvent être la cause de multiples infections gynécologiques, urinaires ou même vulvaires. En outre, le fait de se servir du même matériel non stérilisé pour la mutilation sexuelle de différentes filles est susceptible d’augmenter le risque de propagation du VIH.

Pourquoi pratiquer l’excision ?

L’excision reflète l’inégalité entre les sexes et le contrôle exercé par la société sur les femmes dans les sociétés où elle est pratiquée. Le maintien de cette pratique est sous-tendu par un ensemble de croyances sociales, religieuses et culturelles. Les motifs invoqués par les groupes qui perpétuent les MGF peuvent changer selon la communauté, l’ethnie ou la région et peuvent être capitalisés. En fait, les raisons sont presque les mêmes. L’excision est pratiquée pour prévenir le désir sexuel, car elle bloquerait les expériences sexuelles avant le mariage, puis les relations adultères. Il y a aussi ceux qui utilisent leurs croyances afin de justifier l’excision, même si aucun texte religieux ne prescrit cette pratique.

Implants mammaires : quelle taille, quelle forme ?
La liposuccion est-elle efficace contre la cellulite ?